De Arusha à Mbeya – 8 jours, 939 km

 

Le 19 mars, après nos trois jours de repos à Arusha, nous avons entamé une série de 8 jours de vélo sans journée de repos, majoritairement sur des chemins de terre. La semaine a été plutôt difficile, surtout pour les gens comme moi qui sont sur des vélos de route/cyclotourisme, mais nous avons été récompensés par de superbes paysages.

La première journée s’est déroulée majoritairement sur des routes asphaltées ou en construction assez avancée (merci aux Chinois!), mais le lendemain, ça s’est gâté. Nous avons en effet roulé principalement sur des chemins de terre, ou, devrais-je dire, sur des chemins de bouette. On était en plein dans la saison des pluies là où on passait, et il avait plu considérablement avant notre passage.

À vélo dans la boue

Des fois, la seule option est de marcher à côté du vélo...

Ponceau affaissé à cause de la pluie. Les cyclistes pouvaient passer quand même, mais certains camionneurs ont dû attendre quelques heures avant que ce soit réparé.

Les routes étaient heureusement de meilleure qualité les jours suivants, mais c’était tout de même des chemins de terre, assez difficiles par moments.

Le cinquième jour a été bien rempli pour moi. Les nuages se faisant moins menaçants, j’ai décidé de prendre davantage mon temps plutôt que de me dépêcher pour arriver au camp avant la pluie. En matinée, je suis arrêté avec d’autres cyclistes dans un village où nous avons pu acheter des chapati (genre de crêpes) faits devant nous, pour la modique somme de 200 shillings tanzaniens (moins de 0,15$) chacun. Après avoir dépensé 400 shillings, je suis reparti du village plein d’énergie, et heureux d’avoir découvert cet élément de la cuisine tanzanienne que j’essaierai probablement de reproduire lorsque je serai de retour au Québec.

En après-midi, le même jour, j’ai vu Dennis, un des membres du groupe, qui marchait en ma direction alors que j’étais à quelques centaines de mètres de notre camp. Il m’a dit qu’il s’en allait visiter l’école primaire du village, et m’a invité à le joindre… pourquoi pas? C’est ainsi que j’ai vu une école aux ressources très limitées, où les enseignants semblent faire de leur mieux… mais ça ne doit pas être toujours facile quand il y a seulement 8 enseignants pour 340 élèves, de la 1ère à la 7e année. Nous étions dans un coin reculé de la Tanzanie, et l’école n’avait pas d’électricité, pas d’ordinateur, pas d’accès à internet… Dans une classe de 40 élèves, il y a en général 5 manuels scolaires pour chaque matière, alors les élèves doivent se les partager et en prendre bien soin. Je crois bien que les écoles qui sont dans des villages moins reculés ont davantage de ressources (elles doivent au moins avoir l’électricité), mais c’était quand même surprenant de voir le peu de ressources auxquelles l’école que nous avons visitée a accès, alors que nous sommes tout de même en 2011.

Dennis explique le Tour d'Afrique à des élèves tanzaniens

En arrivant au camp après avoir visité l’école, j’avais faim, comme ça arrive souvent étant donné l’énergie qu’on dépense durant la journée. J’ai vu une résidente de la place qui faisait des frites devant sa maison, et je me suis dit que ça serait le fun si elle était prête à en vendre… ce qui fut le cas! C’est ainsi que j’ai pu me régaler d’une généreuse portion de frites maison, pour un gros 2000 shillings. La préparation des frites était assez artisanale par ailleurs :

Préparation des frites

Les deux jours suivants ont bien été, mais après 7 jours consécutifs de vélo, on commence à être fatigué… et la 8e journée allait être particulièrement exigeante, avec près de 2000 mètres de montées, mais aussi une descente d’une dizaine de km dont je me serais bien passé : la route était rocailleuse, et j’étais sur les freins durant presque toute la descente. À la fin de la journée, j’avais des ampoules sur les mains tellement j’ai forcé sur les freins… ceci dit, les paysages étaient particulièrement impressionnants, et, à l’image de la semaine, la journée a été difficile, mais agréable dans l’ensemble.

Route lors du 8e jour de vélo

En vrac

Nous avons souvent un fan club d’enfants qui passent quelques heures à observer notre camp lorsqu’on campe dans des villages, mais vendredi, c’était un record : quelques centaines de villageois étaient massés autour de notre camp et nous observaient, un peu comme si le cirque était en ville. On croit même que les enfants ont quitté l’école plus tôt pour venir observer cette attraction… Espérons seulement qu’ils ne croient pas que tous les mzungus (en swahili : personne qui parle le ki-mzungu, soit l’anglais; terme utilisé pour désigner les étrangers) se comportent comme nous. Sinon, ils vont croire que tous les Blancs sont nomades, vivent dans des tentes et se déplacent à vélo…

Une petite partie des gens nous observant lors de notre 7e jour de camping

En chiffres

La section en chiffres est en grève, suite au décès présumé de mon cyclomètre Polar qui semble avoir pris l’eau. J’ai donc roulé sans cyclomètre lors des derniers jours, et ce n’est pas si pire que ça après tout…

En photos

Voici quelques autres photos de la semaine

Petite puce qui mange une frite

Lever de soleil lors du 8e jour de vélo

Une portion de la route lors du 8e jour de vélo

 

Après nos trois jours de repos à Arusha, nous avons entamé une série de 8 jours de vélo sans journée de repos, majoritairement sur des chemins de terre. La semaine a été plutôt difficile, surtout pour les gens comme moi qui sont sur des vélos de route/cyclotourisme, mais nous avons été récompensés par de superbes paysages.

La première journée s’est déroulée majoritairement sur des routes asphaltées ou en construction assez avancée (merci aux Chinois!), mais le lendemain, ça s’est gâté. Nous avons en effet roulé principalement sur des chemins de terre, ou, devrais-je dire, sur des chemins de bouette. On était en plein dans la saison des pluies là où on passait, et il avait plu considérablement avant notre passage.

PHOTO1

PHOTO2

PHOTO3

Les routes étaient heureusement de meilleure qualité les jours suivants, mais c’était tout de même des chemins de terre, assez difficiles par moments.

Le cinquième jour a été bien rempli pour moi. Les nuages se faisant moins menaçants, j’ai décidé de prendre davantage mon temps plutôt que de me dépêcher pour arriver au camp avant la pluie. En matinée, je suis arrêté avec d’autres cyclistes dans un village où nous avons pu acheter des chapati (genre de crêpes) faits devant nous, pour la modique somme de 200 shillings tanzaniens (moins de 0,15$) chacun. Après avoir dépensé 400 shillings, je suis reparti du village plein d’énergie, et heureux d’avoir découvert cet élément de la cuisine tanzanienne que j’essaierai probablement de reproduire lorsque je serai de retour au Québec.

En après-midi, le même jour, j’ai vu Dennis, un des membres du groupe, qui marchait en ma direction alors que j’étais à quelques centaines de mètres de notre camp. Il m’a dit qu’il s’en allait visiter l’école primaire du village, et m’a invité à le joindre… pourquoi pas? C’est ainsi que j’ai vu une école aux ressources très limitées, où les enseignants semblent faire de leur mieux… mais ça ne doit pas être toujours facile quand il y a seulement 8 enseignants pour 340 élèves, de la 1ère à la 7e année. Nous étions dans un coin reculé de la Tanzanie, et l’école n’avait pas d’électricité, pas d’ordinateur, pas d’accès à internet… Dans une classe de 40 élèves, il y a en général 5 manuels scolaires pour chaque matière, alors les élèves doivent se les partager et en prendre bien soin. Je crois bien que les écoles qui sont dans des villages moins reculés ont davantage de ressources (elles doivent au moins avoir l’électricité), mais c’était quand même surprenant de voir le peu de ressources auxquelles l’école que nous avons visitée a accès, alors que nous sommes tout de même en 2011.

PHOTO4

En arrivant au camp après avoir visité l’école, j’avais faim, comme ça arrive souvent étant donné l’énergie qu’on dépense durant la journée. J’ai vu une résidente de la place qui faisait des frites devant sa maison, et je me suis dit que ça serait le fun si elle était prête à en vendre… ce qui fut le cas! C’est ainsi que j’ai pu me régaler d’une généreuse portion de frites maison, pour un gros 2000 shillings. La préparation des frites était assez artisanale par ailleurs :

PHOTO5

Les deux jours suivants ont bien été, mais après 7 jours consécutifs de vélo, on commence à être fatigué… et la 8e journée allait être particulièrement exigeante, avec près de 2000 mètres de montées, mais aussi une descente d’une dizaine de km dont je me serais bien passé : la route était rocailleuse, et j’étais sur les freins durant presque toute la descente. J’ai maintenant des ampoules sur les mains tellement j’ai forcé sur les freins… ceci dit, les paysages étaient particulièrement impressionnants, et, à l’image de la semaine, la journée a été difficile, mais agréable dans l’ensemble.

PHOTO6

En vrac

Nous avons souvent un fan club d’enfants qui passent quelques heures à observer notre camp lorsqu’on campe dans des villages, mais vendredi, c’était un record : quelques centaines de villageois étaient massés autour de notre camp et nous observaient, un peu comme si le cirque était en ville. On croit même que les enfants ont quitté l’école plus tôt pour venir observer cette attraction… Espérons seulement qu’ils ne croient pas que tous les muzungus (en swahili : personne qui parle le ki-muzungu, soit l’anglais; terme utilisé pour désigner les étrangers) se comportent comme nous. Sinon, ils vont croire que tous les Blancs sont nomades, vivent dans des tentes et se déplacent à vélo…

PHOTO7

En chiffres

La section en chiffres est en grève, suite au décès présumé de mon cyclomètre Polar qui semble avoir pris l’eau. J’ai donc roulé sans cyclomètre lors des derniers jours, et ce n’est pas si pire que ça après tout…

En photos

Voici quelques autres photos de la semaine

Ce contenu a été publié dans Tanzanie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à De Arusha à Mbeya – 8 jours, 939 km

  1. Jonathan Sevigny dit :

    Sur la photo prise dans l’école, il ne semble y avoir que des garçons. Est-ce que les filles se trouvent dans d’autres classes ou elles n’ont tout simplement pas la chance d’être éduquées ?

    Voici deux nouvelles électorales:
    Lundi, les Conservateurs devraient annoncer que s’ils forment le prochain gouvernement, ils vont abolir le registre des armes à feu et la semaine dernière, le lieutenant québécois du Parti Conservateur a annoncé que son parti allait avoir réglé l’harmonisation des taxes au Québec d’ici Septembre.

    • Pierre-Luc Soucy dit :

      Merci pour les nouvelles.

      Pour la photo de l’école, on voit deux filles musulmanes qui portent le voile, mais c’est difficile de dire si c’était les seules filles de la classe car dans ce village (et plusieurs autres), garçons et filles avaient les cheveux rasés et étaient habillés de manière plutôt similaire. En regardant d’autres photos que j’ai prises dans cette classe et où on voit les élèves de face, je dirais qu’il y avait un maximum de 20% de filles dans cette classe de 7e année, alors que ça devait être plus proche de la moitié en 1ère année. On dirait donc que les filles vont à l’école moins longtemps que les garçons, possiblement pour aider aux tâches familiales?

      Ceci dit, le CIA Factbook nous indique que tant les garçons que les filles ont une « school life expectancy » de 9 ans en Tanzanie, alors cette situation ne semble pas généralisée au reste du pays: https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/tz.html

  2. Isabelle dit :

    SHOTGUN pour goûter aux chapati que tu tenteras de cuisiner une fois de retour au Québec!
    Les frites me donnent l’eau à la bouche, je vais de ce pas aller manger une poutine.

    Fais attention à toi PL 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *